Au café des délires Index du Forum
Au café des délires Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

DU RIRE AUX LARMES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au café des délires Index du Forum -> LES ARTISTES -> DANIEL PREVOST
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Marie
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 22 Mai 2007
Messages: 1 333
Localisation: PDC
Féminin Gémeaux (21mai-20juin) 猪 Cochon
Point(s): 1 297
Moyenne de points: 0,97

MessagePosté le: Dim 30 Mar - 17:58 (2008)    Sujet du message: DU RIRE AUX LARMES Répondre en citant

mardi 11 mars 2008
Mercredi dernier, une douce effervescence mêlée d’excitation régnait à l’Institut Français de Barcelone. Daniel Prévost, acteur incontournable du cinéma français, connu pour son caractère bien trempé, venait présenter, au festival Ciné ma France, le film d’Eric le Roch, Le soleil au dessus des nuages

Daniel Prévost à l'Institut français de Barcelone (photo LPJ)

 
 

  
LPJ : C’est la première fois que vous venez présenter un film en Espagne. Comment s’est passée votre journée d’hier à Castelldefels ?
Daniel Prévost : J’ai fait une rencontre avec quelques étudiants du Lycée français qui m’ont posé quelques questions très sympathiques et puis après nous sommes allés faire une rencontre avec le public de Castelldefels. Très sympathique rencontre, avec des personnes très intéressées, donc la discussion a été captivante.
Aujourd’hui, nous avons visité Barcelone toute la journée avec Patrick Jorge (directeur du Festival Ciné ma France) et franchement, qui n’aimerait pas Barcelone ?


Comment le film, Le soleil au dessus des nuages, d’Eric Le Roch a été perçu par le public ici ?
Je pense qu’il l’a très bien reçu émotionnellement. Je pense aussi qu’ils ont profondément aimé. C’est un film très joli. On pourra en reparler après la diffusion de ce soir si vous voulez. Comme ça, vous pourrez vous faire une idée vous-même. Ça me paraît un peu prétentieux que ce soit moi qui dise que le public a adoré le film… Je vous mets à l’aise, hein ? (rires).

Est-ce que votre propre regard sur le film à changé depuis 2001, date de sa sortie en France ?
Non, il ne change pas. A partir du moment où j’ai connaissance d’une œuvre que j’ai jouée et qui m’a séduite dès la lecture du scénario, il n’y a pas de vieillissement. Presque à contrario, il y a une espèce de maturité du regard.
Mais tout dépend dans quelle humeur on est lorsqu’on le reçoit. Moi ça fait une quinzaine de fois que je le vois et, à chaque fois, c’est un grand plaisir. Parce que l’histoire de ce film est universelle, elle pose des petites questions, auxquelles elle n’apporte pas forcément de réponses, mais, à travers les personnages, elle pose un regard sur la vie très intéressant et qui justement, ne vieillit pas.

Dans la vie, vous êtes plutôt Jean (personnage d’irascible célibataire de 50 ans interprété par Daniel Prévost) ou Antoine (doux et optimiste magicien joué par Serge Hazanavicius) ?
Oh, je pense qu’il y a de l’un et de l’autre. Il y a une dualité dans tout cela : ça n’est jamais ni blanc ni noir. Je crois qu’on est brimbalés entre le bon et le "pas mauvais mais pas pire non plus". On ne sait pas, c’est à la rame un peu tout ça…
Je pense que c’est ce que l’auteur, inconsciemment, nous laissera. A savoir que, pour un personnage tel que Jean, on n’est jamais à l’abri d’une heureuse rencontre. C'est-à-dire que cet homme qui est acariâtre, désagréable et cynique, petit à petit, au fil de la rencontre qu’il va faire avec Antoine, va se transformer. Et le regard que l’autre personnage et que le public, pose sur lui va également se transformer. A mon sens, c’est ça l’intérêt du film.

Le rire chez vous, c’est une seconde nature ou c’est un outil professionnel ?
C’est les deux. Une seconde nature parce que si je suis de très, très bonne humeur, je vais partir d’un éclat de rire mais je ne vais pas me forcer non plus. Je m’amuse avec ce rire, je m’amuse à vous amuser et, à la fois, je le pousse pour encore vous amuser davantage.
Mais bon, ce n’est pas le plus intéressant dans ma carrière le rire. Vous savez, on cherche toujours à agripper un trait de caractère ou de comportement pour un acteur. Alors, pour l’un, ce sera le bégaiement, qui n’est pas plus prononcé que ça mais que l’acteur aura accentué professionnellement ; pour l’autre, un accent gardé alors que visiblement il pourrait l’effacer… Vous voyez, c’est toujours comme ça… Pour moi, le rire c’est anecdotique.

Vous avez cumulé plusieurs récompenses en 2007, notamment pour les téléfilms Monsieur Joseph ou l’Affaire Bousquet ; la télé, le cinéma, la scène, qu’est-ce que vous préférez ?
Moi j’aime tout. J’aime les différents moyens d’expression. Tous ces moyens d’expression sont à ma disposition et j’aime m’en servir, dans la mesure où j’ai la possibilité de le faire.
Nous, les artistes, nous sommes des gens qui avons une sensibilité différente. Je ne vais pas dire exacerbée, parce que c’est un peu grotesque mais on a une sensibilité différente, c’est sûr, un petit peu à fleur de peau. Alors la télévision, le cinéma, la radio, le théâtre, on essaye de remplir sa propre vie avec ça…
Mais je n’ai pas de préférence. Parfois j’aime aller dans une voie, si j’en ai la possibilité, et puis après, je vais dans une autre voie. Ça ne me gène pas, l’important, c’est de travailler avec sa propre image. Je crois que c’est ça. Parce que l’image, c’est notre boutique.

Pour finir, vous êtes parrain de Don’Actions 2008 (avec le Secours Populaire français), vous pouvez nous parler de cet engagement ?
Le Secours Populaire, je le connais depuis plusieurs années et j’ai considéré qu’il fallait que je fasse quelque chose d’autre dans mon rapport professionnel. Je ne vais pas employer les grands mots mais je crois qu’il est de mon devoir de participer à quelque chose, à une œuvre. Je n’ai pas à m’en glorifier, simplement, je suis content car je connais le Secours Populaire depuis longtemps, je sais ce qu’il représente, je sais ce qu’il a fait auparavant et je trouve tout à fait important pour moi de faire ça. Mais ça ne va pas plus loin que ce que je vous dis : je n’en tire pas la légion d’honneur pour autant, je suis comme ça.

Quels sont vos autres projets pour l’année 2008 ?
Je vais faire un spectacle sur Avignon, sur Federico Garcia Lorca, au mois de juillet, que je reprendrai vraisemblablement à Paris à la rentrée. Je vais peut-être aussi tourner dans d’autres films, voilà pour mes projets 2008… à suivre !
Propos recueillis par Elodie REGERAT. (www.lepetitjournal.com) mardi 11 mars 2008

_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 30 Mar - 17:58 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Au café des délires Index du Forum -> LES ARTISTES -> DANIEL PREVOST Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  
Best of humour Dour FestivalHumoristes Xooit.com :: Top Forums

Index | Panneau d’administration | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com